Motivé et plus mature, Eric Barrak veut livrer d’autres combats

Motivé et plus mature, Eric Barrak veut livrer d’autres combats

Par RICHARD CLOUTIER – Le poids lourd Eric Barrak (8-4-0) s’est réconcilié avec la boxe et désire remonter dans le ring en 2018.

« J’ai pris un long repos après ma défaite de 2016, je me suis ressourcé et je veux faire un retour », indique le boxeur qui s’est incliné à quatre reprises lors de ses cinq derniers duels.

« À la fin, je n’étais plus tellement motivé. Mon poids variait entre 240 et 245 lbs, alors mon cardio n’était pas à son meilleur et je me fiais surtout à ma force de frappe », dit-il.

Il affirme : « Maintenant, je m’entraîne de façon rigoureuse depuis une bonne année. Je vais au gym Atlantis à Laval pour ma condition physique avec l’entraîneur Henri-Pierre Ano, qui a été champion du monde en culturisme. Il m’a fait comprendre l’importance de la nutrition, du cardio, et je pèse 225 lbs. C’est un poids que je n’ai pas eu depuis 2006-2007, quand je m’entraînais avec monsieur Hilton père. Je me sens vraiment très énergique ».

Eric Barrak, qui a été médaillé d’argent des Jeux de la Francophonie de 2001 chez les amateurs, aimerait terminer sa carrière en beauté, en inscrivant quelques nouvelles victoires à sa fiche.

« Je sais que mes jours de boxe sont terminés. Je ne cherche pas à relancer ma carrière et je ne vise plus à être champion canadien. J’ai 40 ans, j’ai fait 22 ans de boxe dans ma vie et je veux partir en beauté. J’ai perdu trois combats de suite à cause d’un manque de motivation, à cause de moi-même, alors que j’aurais pu travailler plus fort au gym. J’aimerais disputer de 1 à 3 combats, puis accrocher définitivement mes gants ».

Eric Barrak ne désire toutefois pas se battre contre n’importe qui. « J’ai affronté de bons adversaires et de grands noms jusqu’ici, que ce soit Oscar Rivas, Donovan Ruddock ou Raymond Olubowale dans la boxe, et même Butterbean en MMA. Je n’ai jamais eu peur d’un bon défi, mais je ne veux pas qu’on m’offre, dès le début, un adversaire comme Simon Kean, par exemple. Je pense qu’un adversaire comme Steve Bossé ferait toutefois un bon combat. C’est un excellent athlète et nous devions nous affronter en 2015, alors je pense que je ferais un excellent adversaire pour son deuxième combat. »

Rappelons en effet que Steve Bossé et Eric Barrak devaient s’affronter le 22 mai 2015 lors de la finale d’un gala présenté à St-Jean-sur-Richelieu. Steve Bossé, qui devait alors faire ses débuts professionnels en boxe, avait toutefois reçu une offre de dernière minute afin de combattre sur la carte de l’UFC 186, en remplacement d’un autre combattant. Barrak avait pour sa part affronté le vétéran Donovan Ruddock, qui avait remporté une décision majoritaire. Quant à Steve Bossé, il doit livrer son premier combat professionnel le 15 février au Casino de Montréal. Il fera alors face au Bolivien Julio Cuellar Cabrera (12-6-0).

Richard Cloutier couvre l’actualité de la boxe depuis maintenant 15 ans. Il a signé plusieurs ouvrages portant sur le sujet et est le seul journaliste québécois reconnu par l’Association des chroniqueurs de boxe américains (BWAA).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s