Le poids du rituel

Le poids du rituel

Couché depuis un peu plus d’une heure, mais incapable de dormir. À mesure que le moment du combat approche, plus le temps devient long. Ce sont les 36 heures les plus longues du processus et seul les athlètes pratiquant un sport combat sont en mesure de comprendre cet état d’esprit.

Pour l’heure, la seule question qui m’obsède, c’est : pourquoi la commission ne tient pas ses pesées à 6 heures du matin ? Après 75 jours de diète, l’esprit d’un boxeur est rendu aussi tourmenté que son corps. Aussi affecté qu’il peut l’être par ce véritable calvaire trop souvent rendu essentiel pour se conformer au poids requis. Un poids qui n’est tellement pas celui que l’on attribue au « poids santé ».

Et dire que ces physiques découpés à souhait, à l’image de monsieur univers, son souvent admirés et même enviés, alors que sous l’impressionnante carapace se cache trop souvent une personne qui a de moins en moins en commun avec le simple être humain. « Faire le poids » est le paroxysme du rituel qui marque le parcours menant vers le véritable duel, celui qui sera disputé sur le ring.

Encore une heure avant la pesée. Je vois enfin la personne pour laquelle j’ai fait tous ces sacrifices. Qui m’a poussé, au fil des jours et des nuits, vers ce niveau d’inhumanité où je me suis hissé afin de devenir un prédateur à la recherche de sa proie lorsque je monterai sur le ring. La faim et la soif qui me tenaillaient depuis des heures, soudainement, n’ont plus autant d’importance. Je rentre complètement dans la peau de l’animal que les centaines d’heures d’entraînement m’ont amené à devenir.

Fight day ! Tous les efforts ont était fait. Dans le coeur de chaque guerrier, un calme profond est présent, nourri par la certitude du devoir accompli. Ce ne sera pas un être humain qui fera son entrée dans L’antre du tigre, mais un animal sauvage, affamé de victoire et de gloire.

*   *   *

Rappelons que le boxeur d’origine Kazakh, Batyr Jukembayev (8-0-0), combattra pour le titre vacant IBO International des poids super-légers face au mexicain Cosme Rivera (41-23-3), le jeudi 6 avril en finale du premier gala de la série l’Antre du tigre présenté par Eye of the Tiger Management (EOTTM). En demi-finale, le poids lourd Simon Kean (8-0-0) fera face à l’américain Michael Marrone (21-6-0). Ablaikhan Khussainov (5-0-0) affrontera Cristian Arrazola (23-13-2). Finalement, le quadruple Champion canadien, Clovis Drolet, de Beauport, fera ses débuts professionnels face à Jesus Olivares (5-4-0) du Mexique. Le gala sera présenté au Metropolis de Montréal, mais accessible à un nombre limité d’amateurs. Les autres pourront le visionner sur Internet via http://www.punchinggrace.com.

La pesée officielle de l’événement se déroulait le mercredi 5 avril, à midi, dans un hôtel situé sur la rue de la Montagne.

(Photo : gracieuseté Eye of the Tiger Management)

(*Ghislain Maduma est V-P marketing et relation social pour Eye of the Tiger Management)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s