La détermination de Curtis Stevens

La détermination de Curtis Stevens

Par Ghislain MADUMA, collaboration spéciale * –

À 31 ans, Curtis Stevens (29-5-0) se démarque par sa détermination. Lorsqu’il affrontera David Lemieux (36-3-0) le 11 mars prochain, l’Américain tentera de poursuivre sa route sur le chemin de la victoire.

Lors de ses plus récents combats, il a effectivement obtenu la victoire par décision unanime des juges sur James De La Rosa (23-4-0), et un gain par KO contre l’espoir brésilien Patrick Teixiera (26-0-0). Ces deux victoires faisaient suite a une défaite crève-cœur subi contre Hassan N’dam, en 2014, lors d’un combat comptant pour le titre d’aspirant obligatoire au titre mondial de l’IBF. Ce titre dont David Lemieux s’est ensuite emparé en expédiant N’dam quatre fois au tapis dans une victoire obtenue par décision unanime des juges.

Ce n’est pas la première fois que Curtis Stevens revient en force après avoir subi un échec. Sa carrière professionnelle s’est amorcée avec 13 victoires consécutives, portée par une solide réputation de cogneur acquise dans les rangs amateurs. En effet, Stevens détient la 3e place pour le nombre de KO dans la prestigieuse histoire de la boxe amateur de l’État de New York. Un classement qui réunit des artistes du KO aussi légendaires que Mike Tyson.

S’il possède une force de frappe digne des grandes légendes du noble art, Curtis Stevens s’est toutefois mis dans le pétrin à plus d’une reprise en raison de ses habiletés de boxeurs. Lors du premier duel significatif de sa carrière professionnelle, face à Andre Dirrell en 2007, il s’est trouvé complètement mystifié par la vitesse et les habilités techniques du médaillé de bronze des Jeux olympiques 2004. Il faut dire que Direll est un athlète doté d’un talent exceptionnel, ayant le potentiel de l’emporter sur n’importe quel boxeur évoluant sur la scène mondiale. Stevens a sû rebondir à la suite de cette défaite, engrangeant quatre victoires consécutives, dont trois par KO, incluant une victoire avant la limite aux dépens de l’espoir Polonais Piotr Wilczewski (22-0-0).

Cette victoire a permis au New Yorkais de se mériter un combat éliminatoire pour la position numéro 2 du classement mondial chez les super-moyens à l’IBF contre l’ancienne vedette de la populaire série téléréalité « The Contender » : Jesse Brinkley. Le gagnant s’assurait alors d’un duel face au titulaire de la couronne, qui était alors le Lavallois Lucian Bute. Alors que plusieurs estimaient que l’issue de ce combat éliminatoire ne serait qu’une formalité pour Curtis Stevens, et qu’il était destiné à se battre en Championnat du monde, celui-ci a toutefois vu s’évanouir cette chance de combattre pour le titre et a encaissé une défaite par décision unanime. On se rappellera au final que Brinkley est finalement venu vendre chèrement sa peau contre Lucian Bute.

Après une inactivité de près de deux ans, Curtis Stevens a de nouveau montré sa grande détermination en remportant quatre affrontements, dont un lui procurant le titre vacant NABF des poids moyens, face à Elvin Ayala (26-5-1). Ce résultat lui a permis d’obtenir une chance pour le titre mondial face à Gennady Golovkin en 2013. Au terme d’un combat aussi violent qu’excitant, Stevens a dû s’avouer vaincu face à la machine du Kazakhstan, mais pas sans en avoir donné pour leur argent aux fans.

On ne dit jamais deux sans trois et Curtis Stevens rebondi de nouveau de belle façon. Classé 3e aspirant mondial, tout juste devant David Lemieux pour le titre de la WBO détenu par Billy Joe Saunders (24-0-0), il voudra assurément poursuivre son chemin et inscrire le nom du boxeur québécois dans sa liste de victimes.

Le 11 mars, les artistes du KO se feront face dans une confrontation qui risque fort de ne pas s’éterniser. Sans compter que les esprits des deux belligérants sont déjà échauffés depuis un certain temps en raison de la guerre verbale qu’ils se sont livrés. Reconnus pour tout miser sur leur force de frappe, il ne faut pas s’attendre à les voir beaucoup compter sur leur défensive. C’est pourquoi il ne fait aucun doute dans mon esprit que nous allons assister à un spectacle explosif, du moins pour le temps qu’il va durer. Curtis Stevens aura besoin de toute sa détermination s’il espère vaincre David Lemieux, qui est on ne peut plus motivé à lui faire ravaler ses paroles.

(*Ghislain Maduma est V-P marketing et relation social pour Eye of the Tiger Management)

(Photo : gracieuseté Robert Lévesque)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s